Attention ! Les oeuvres (textes et images) présentées sur ce site ne sont pas libres de droits.
Il est interdit de les reproduire, copier ou diffuser sans accord de l'auteur, sous peine de poursuites pénales.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Depuis toujours, la création est pour moi aussi nécessaire que l'eau et l'air. L' écriture et l'expression plastique sont deux voies privilégiées qui m'ont toujours accompagnée, mais j'aime également expérimenter d'autres techniques : modelage de fil de métal, de terre, photo, assemblages, détournement et rénovation d'objets et de meubles, décoration... 

Ce blog vous permettra de découvrir quelques uns de mes textes. 
Et quelques essais d'illustrations... 

lundi 8 juillet 2013

Les bigoudis de Mamy Camomille

Un petit texte que j'avais proposé pour un concours 
organisé par Nac'imagine


Les Bigoudis de Mamy Camomille
  
Mamy Camomille ne sort jamais sans ses bigoudis, cachés sous un foulard coloré.

Mais comment sont les cheveux de Mamy Camomille lorsqu’elle retire ses bigoudis ?

Hirsutes comme des toits de cahutes ?

Eclatés comme des branches de palmiers ?

Frisés comme des ressorts énervés ?

Aplatis comme des spaghetti trop cuits ?

Mous comme des guimauves sans goût ?

Raides comme des canisses en bambous ?

Rêches comme des ficelles sèches ?

Comment sont donc les cheveux de Mamy Camomille sans ses bigoudis ?


A bout de curiosité et pour en avoir le cœur net, j’ai suivi un jour Mamy Camomille jusque chez elle et je me suis caché dans le placard de la cuisine.

Après avoir vidé son sac à provisions, rangé sa botte de radis et sa boîte de sardines, sa salade verte et ses tomates rouges, son éclair au chocolat et son sirop de fraise, Mamy Camomille a disparu un long moment.


Lorsqu’elle est revenue, je commençais à avoir des fourmis dans les jambes, mais Mamy Camomille avait enlevé son foulard… et ses bigoudis. 


Et bien, vous savez quoi ? Quand Mamy Camomille n’a plus ses bigoudis, elle a de beaux cheveux bouclés et brillants qui sentent une odeur de printemps.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire