Attention ! Les oeuvres (textes et images) présentées sur ce site ne sont pas libres de droits.
Il est interdit de les reproduire, copier ou diffuser sans accord de l'auteur, sous peine de poursuites pénales.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Depuis toujours, la création est pour moi aussi nécessaire que l'eau et l'air. L' écriture et l'expression plastique sont deux voies privilégiées qui m'ont toujours accompagnée, mais j'aime également expérimenter d'autres techniques : modelage de fil de métal, de terre, photo, assemblages, détournement et rénovation d'objets et de meubles, décoration... 

Ce blog vous permettra de découvrir quelques uns de mes textes. 
Et quelques essais d'illustrations... 

mardi 25 mars 2014

L’Hurluberlu



Voici le poème que j'avais proposé 
au concours "10 mots m'ont dit" : 


L’Hurluberlu

Ouf ! J’ai rencontré un hurluberlu !
Un grand garçon dégingandé,
A l’air hagard, à l’air perdu,
Nourri de fariboles, de drôles d’idées,
D’histoires à dormir debout, turlututu,
Et de contes complètement dépassés.  

Il en a la tête toute tourneboulée.
Le pauvre ne sait plus où il en est !
Son cerveau ressemble à un chantier,
Un tohu-bohu, un grand charivari,
Un vrai tintamarre, une cacophonie…
Il cherche midi à quatorze heures.
Mais il peut bien chercher, et chercher encore
Car midi est parti depuis belle lurette
Quand quatorze heures se pointe à la fenêtre !

Il passe son temps à s’enlivrer,
Il s’enivre et s’enivre de livres, mais en vérité, il s’enlise :
Les livres s’empilent à ses côtés,
Comme des montagnes de mots valises…
On ne voit même plus le bout de son nez !  

Il est complètement timbré ! Estampillé « incurable»,  
Il est irrécupérable !
Il marche en zigzags, les livres à la main
Et le nez, pas en l’air, non, le nez dans les bouquins !
A chaque fois, c’est inratable : 
Il se cogne au réverbère !
Celui-ci a beau éclairer à tire-larigot et en cadence,
Clignoter de toutes ses forces, comme un spot qui ambiance,
Lui, n’aperçoit rien de rien et embrasse violemment le grand poteau de fer ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire