Attention ! Les oeuvres (textes et images) présentées sur ce site ne sont pas libres de droits.
Il est interdit de les reproduire, copier ou diffuser sans accord de l'auteur, sous peine de poursuites pénales.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Depuis toujours, la création est pour moi aussi nécessaire que l'eau et l'air. L' écriture et l'expression plastique sont deux voies privilégiées qui m'ont toujours accompagnée, mais j'aime également expérimenter d'autres techniques : modelage de fil de métal, de terre, photo, assemblages, détournement et rénovation d'objets et de meubles, décoration... 

Ce blog vous permettra de découvrir quelques uns de mes textes. 
Et quelques essais d'illustrations... 

mardi 15 mars 2016

La Chasse aux champignons


A partir de la réalisation d'un catalogue d'objet loufoques,
 que je vous montrerai dès que possible, 
voici un petit texte qui reprends certains de ces objets (en bleu) : 



Ce matin, à peine le soleil levé et coiffée de mon bonnet-radis-qui-pousse-à-l’envers, je suis partie à la chasse aux champignons. A la chasse aux champs, à la chasse aux champignons.

Pas plus loin que le bout de mon nez, j’ai rencontré un lapin enrhumé. Il m’a proposé des gélules à se poser des questions sans réponses mais j’ai préféré décliner : les gélules à se poser des questions sans réponses, c’est mauvais pour la sérénité. Et mon chemin, j’ai continué…

Mais après quelques enjambées est quelques embardées, mes pieds se sont échauffés pour de vrai ─ la bile peut-être bien ─  ou tout au moins le sang. Il faut dire qu’avec mes escarpins faux-jumeaux, il n’est pas simple de marcher dans une seule direction.
L’un voulait prendre à gauche et couper par le bois pour trouver des girolles. L’autre voulait continuer par la droite, dans les grands près qui longent la rivière à la recherche de mousserons.
Au bout du compte, le premier faisait les cent pas tout en dévidant le fil de ses récriminations, tandis qu’en écoutant vaguement et l’ai absent, le deuxième tournait en rond.

Au loin, le long du pré, est passé un bouhoume qui a dû me trouver fort agitée du bocal en me voyant gesticuler comme une majorette déchaînée.

Et finalement, à force de piétiner ainsi dans la terre mouillée, mes escarpins se sont plantés comme deux bâtons tout embourbés et incapables de bouger. 

Je les ai laissés continuer à se disputer et j’ai poursuivi nus pieds ma chasse aux champi, ma chasse aux champignons.


                                                        

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire