Attention ! Les oeuvres (textes et images) présentées sur ce site ne sont pas libres de droits.
Il est interdit de les reproduire, copier ou diffuser sans accord de l'auteur, sous peine de poursuites pénales.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Depuis toujours, la création est pour moi aussi nécessaire que l'eau et l'air. L' écriture et l'expression plastique sont deux voies privilégiées qui m'ont toujours accompagnée, mais j'aime également expérimenter d'autres techniques : modelage de fil de métal, de terre, photo, assemblages, détournement et rénovation d'objets et de meubles, décoration... 

Ce blog vous permettra de découvrir quelques uns de mes textes. 
Et quelques essais d'illustrations... 

mardi 9 août 2016

Maria Penraat



Hier, j'ai animé un atelier d'écriture à Chantelle, 
à partir de l'exposition de peintures 
de Maria Penraat, peintre fauviste. 



Voici les textes que j'ai rédigés : 
le premier à partir d'un extrait d'une de ses œuvres
les suivants à partir de 2 autres de ses tableaux. 




L’homme était couché sous un ciel ensommeillé, cocktail de nuages en dégradé de bleus. 
Il semblait rêver… 
Une brise imperceptible dansait avec les frisures de la mer, moustaches d’écume sur les crêtes des vagues. 
Dans l’océan du ciel, le soleil, d’une lumière tremblante, jouait à cache-cache sa suite en ocre et bleu…
Et alors… ?



C’est l’été. C‘est le Sud.
La lumière, éclatante, fait plisser les yeux.
A l’ombre du pin parasol, je m’assois pour respirer l’air de la mer, la quiétude de cette fin d’après-midi.
A l’horizon, les montagnes se dessinent avec des reflets d’ocre rouge et de violet. Par-dessus, le ciel s’étale, immense, intense, vibrant.
La mer bruisse. Les collines bruissent. Les insectes, les oiseaux. Chacun y va de son babil.

C’est l’été. C’est le Sud.
Silence habité d’une fin de journée.
Douceur. Abandon. Communion.
Je suis la mer, l’air et le ciel. Je les respire. Je m’en emplis.
Ils sont moi. Ils sont en moi.
Et je suis en eux. 





    Elle se tourne et me regarde par-dessus son épaule, le regard questionnant ma présence, comme un intrus dans son espace intime, vital.
A quoi pense-t-elle vraiment derrière ce masque de couleurs vives ?
A quoi pensait-elle avant que je ne vienne ?
De quelles images sont peuplés ses rêves, son imagination, ses espoirs ?
Sous cette peau vibrante, dans les pulsations de ce cœur, dans les respirations de ce flanc, quelle vie secrète s’y développe ?
Qui est-elle ? 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire